Revue OR#2

Anna, directrice artistique et contributrice
de gauche à droite : Matt et Mich, graphistes + animation 3D et Louis, développeur de l’application de réalité augmentée

 

 

 

 

 

 

 

 

Techniciens des mots, des sons, des encodages et décodages, des mises en mouvement, chacun instrument avec ses instruments, nous réalisons des extensions scénarisées de poèmes graphiques en correspondance avec un poème déclamé.

Poètes, graphistes et programmateurs autour de la même table, malgré le bruit, le manque d’espace, l’absence de thunes, les emplois du temps démoniaques, on prend doucement le temps de tailler notre énergie dans la matière de la revue OR.


revue OR#2 depuis juin 2018 :

Réunion autour de l’oeuvre du poète Lucien Suel ainsi que celle de l’écrivain satiriste Daniel Cabanis avec la fine équipe et Daniel qui a pu nous rejoindre et nous a fait le plaisir de lire ses derniers textes.

avec les noix offertes par Lucien lors de notre visite pour l’enregistrement de ses poèmes !


Nouvelle rencontre de l’équipe avec le poète, compositeur de poésie visuelle, typographe et directeur éditorial Xavier Dandoy de Casabianca.

Dosage alchimique pas évident à trouver entre les mouvements du signe et ceux du son. De gauche à droite : Matt, Louis et Mich.

 


Enregistrement des poèmes de Lucien Suel

RDV avec le poète Lucien Suel dans sa maison en Picardie. J’embarque Mika avec moi pour qu’il réalise l’enregistrement des poèmes de Lucien. Que du bonheur … Merci Lucien pour l’échange de livres et le carton de noix.

  


Réunion autour du poème de Ma Descheng avec la fine équipe


Réunion autour du poème de Ma Descheng avec un partie de l’équipe 

Sur la table du Porto larme d’or ! Pour nous aider à trouver l’énergie rythmique multidimensionnelle qui fera jaillir le dessin et le poème de Ma Descheng de la page de la revue. De gauche à droite : Anna, Mich et Matt. Merci Pilou pour la photo !

       


Enregistrement des poèmes de Xavier Dandoy de Casabianca

J’ai rencontré Xavier Dandoy de Casabianca dans un sous-sol d’immeuble avec des caravanes et des poètes qui déclamaient leur poème et qui faisaient du feu et des lumières et de la musique électronique. Il y avait un escalier avec des bougies. Je devais tirer aux dés pour entrer. Xavier était là pour présenter les livres de sa maison d’édition. C’était à Paris dans le 18ème.

J’ai embarqué Mika avec moi pour enregistrer les poèmes de Xavier chez lui en Corse.

  

    


Enregistrement des poèmes de Ma Descheng

J’ai rencontré Ma Descheng il y a quelques années en étant modèle de dessin car Ma est aussi peintre. Aujourd’hui, Ma et moi construisons une amitié solide. J’ai amené Matt et Mich le rencontrer dans son atelier où nous avons enregistrer son poème. Ma a ensuite réalisé sa contribution visuelle sous nos yeux pendant que Mich et Matt était déjà en pleine réflexion sur leur rôle à jouer dans la scénarisation audio-visuelle des oeuvres de Ma pour la revue.

 


Rencontre avec le poète de langue créole Patrice Treuthart

J’ai rencontré le poète Patrice Treuthart à l’île de la Réunion où j’étais invitée à pulser mes poèmes. Avant de me rendre sur l’île j’ai appelé André Robèr qui défend la poésie contemporaine réunionnaise, son oralité à travers une édition sonore et son expression graphique à travers une revue. André est habitant du village de mon grand-père dans le Roussillon. Il m’a donné le téléphone du poète du port de la Réunion : Patrice… Coup de coeur, rencontre superbe. Patrice a bien voulu contribué à la revue OR#2 en duo avec le poète visuel réunionnais Stéphane Hoareau.

Patrice pendant la visite de sa ville natale (le Port de la pointe des galets), au cours de laquelle il récite ses poèmes et ceux des autres.

 

REVUE OR#1

Équipe revue OR#1

Anna, directrice artistique de la revue et contributrice
Jow, développeur de l’appli Ios et principal collaborateur de la revue OR#1
Régis Glaas, graphiste
Mickaël Laffin, infographiste – animation 3D

 

 

 

 

 

 

 


La revue OR est née entre Belgrade en Serbie et Gois au Portugal. Elle a surtout pris forme une nuit à Istanbul, l’unique nuit que nous passâmes Jow et moi dans un bar de nuit, n’ayant plus d’argent, en attendant un vol offert de justesse pour nous rendre au Portugal où nous attendait une nouvelle résidence de travail.

Jow travaillait sur une application de réalitée augmentée pour des architectes. De mon côté, je travaillais à faire connaître la poésie orale et sonore par le biais d’une radio itinérante et par mes propres performances. En me faisant découvrir le procédé de l’AR, Jow me permit d’avoir l’illumination de la revue OR. Une sorte de format papier de mon site de Radio. Et avec en plus la perspective de faire correspondre la poésie sonore et visuelle avec des enjeux nouveaux : ceux de créer dans le hors-la-page ! Juste au-dessus de la page ! C’était la chance de marquer le papier du sceau de l’oralité !

En plus d’être développeur, Jow est compositeur de musique électronique et détenteur d’un label de musique électro. Il me suit dans l’aventure et nous embarquons Régis Glaas comme graphiste avec nous. Je prends la tête de ce navire pas commode à naviguer et je fais le choix des poètes qui feraient partie du premier prototype revue OR#1.


À gauche de la station, une table sous un cerisier. Principal bureau de la conception de la revue OR, quand elle ne se réfléchissait pas en marchant sur cette route qui nous menait de la résidence (une ancienne école primaire) à la première petite ville où faire nos courses.


Choix des artistes

Sur les 10 artistes de la revue, parmi lesquelles je compte, 8 sont des rencontres à Paris, en Catalogne, en Serbie, en Belgique, en Allemagne, pendant des moment de performances dans des lieux improbables. Luc Voïski est l’artiste que Jow a invité à rejoindre la revue pour élargir la définition de la poésie au pulse des paysages électroniques.

photos des artistes de la revue OR#1 :


Les photos des premiers découvreurs de la revue OR !